Question Santé       Facebook  Twitter  header vimeo
Inscription Newsletter  INSCRIPTION NEWSLETTERS  PRESSE

Content Banner   Débats et réflexions

Vous êtes ici:

Le discours normatif de la prévention

La prévention, entre normes, développement des aptitudes et émancipation.

Depuis 2009, Question Santé apporte sa collaboration à Education Santé dans l’organisation annuelle d’une journée de débat sur des sujets de santé. L’objectif étant de rassembler les acteurs francophones de la promotion de la santé autour d’un thème à débattre en présence d’un interlocuteur extérieur identifié comme personne-ressource.

BSS 208 normesLe vendredi 23 septembre 2011, le sociologue Patrick Peretti-Watel , auteur avec Jean-Paul Moatti du remarquable livre «Le principe de prévention, le culte de la santé et ses dérives»1 était présent à Bruxelles pour échanger sur ces questions, à l’invitation du FARES, d’ Éducation Santé et de l’asbl Question Santé. Il les aborda le matin pendant un séminaire et l’après-midi au cours d’une conférence.

Des questions

L'intervenant en prévention, en promotion de la santé est au centre d'enjeux parfois contradictoires. On peut ainsi évoquer les tensions entre promotion de la santé, éducation permanente, santé publique normative et injonctions des pouvoirs publics. Ces tensions résultent souvent des contradictions entre des objectifs comme l'émancipation et le développement des capacités des usagers d'une part, l'efficience et le rôle de contrôle attendus par la santé publique et les pouvoirs publics d'autre part. Les conflits de normes, sous-tendus souvent par la question sociale, sont également bien présents.
La distance entre le métier "appris" (enseignement théorique, transmission de valeurs) et la réalité de la pratique actuelle est souvent une source de malaise. La question de l'adéquation des moyens par rapport aux objectifs et aux problèmes à prendre en compte est aussi lancinante.

La professionalité des intervenants est ainsi mise à l'épreuve, avec une émergence de phénomènes de souffrance au travail.
Comme intervenant, comment résoudre ces contradictions? Comment revisiter notre position professionnelle dans un contexte où la prévention semble être dans une certaine impasse? Quelles perspectives pouvons-nous ouvrir ?...
Comment garder sens et cohérence au travail? Comment promouvoir la prévention, la promotion de la santé? Comment préserver une prévenance vis-à-vis des usagers et au sein même des milieux de travail?

Des débats

À la croisée de la promotion de la santé et de l’éducation permanente

Extrait de l’article « La prévention sanitaire et ses excès » paru dans Education Santé n° 272, novembre 2011

Comment ‘réinventer’ la prévention, qui semble se trouver aujourd’hui dans une impasse biomédicale peu féconde, à la fois normative et sans véritable prise sur les principaux déterminants de la ‘bonne’ ou ‘mauvaise’ santé?

Animée par Bernadette Taeymans (Question Santé), la matinée permit notamment la relation par Taous Hassaini , assistante sociale au CPAS de Morlanwelz, d’une expérience de remise dans le mouvement du marché de l’emploi de bénéficiaires d’un revenu d’insertion au départ d’animations... sur la santé. À première vue, rien de plus éloigné des préoccupations quotidiennes de personnes en situation précaire que cela. Et pourtant, grâce à un patient travail sur l’estime de soi nourri aux valeurs émancipatrices de l’éducation permanente, cela marche, jusqu’à l’obtention de résultats positifs en termes d’insertion et, fait plus remarquable encore, de pérennisation des emplois (re)trouvés.
Cette stratégie indirecte semble d’autant plus intéressante dans un climat de méfiance générale des populations et des travailleurs en particulier à l’égard des initiatives préventives des pouvoirs publics, soupçonnés d’être plus motivés par l’entretien des ‘outils de travail humains’ que par une protection désintéressée de la santé publique, comme le soulignait Patrick Peretti-Watel dans un de ses judicieux commentaires.

Cela dit, si tout le monde pouvait s’accorder sur la haute valeur à accorder à l’éducation permanente en santé, cela n’empêche nullement de rester lucide quant à ses limites, par exemple quant au petit nombre de bénéficiaires de ses interventions pour guider leurs choix de vie de façon éclairée, ou encore le risque de tomber d’un excès de manipulation à une ‘liberté de décider’ exagérée, qui peut s’avérer nocive elle aussi.

La prévention, une question de principe?

Dans son livre “Le principe de prévention”, Patrick Peretti-Watel évoque des pistes pour la prévention: développer des démarches plus transparentes, moins médicales, en lien avec le social et le culturel; il promeut aussi une éthique délibérative.

Extrait de l’article « La prévention, une question de principe ? » par C.De Bock et P.Trefois, paru dans Education Santé n° 269, juillet 2011

« La santé est devenue notre bien le plus précieux. Les recommandations qui saturent l’espace public viennent nous le rappeler quotidiennement: «fumer tue», «évitez de grignoter entre les repas», «mangez cinq portions de fruits et légumes par jour», «lavez-vous les mains fréquemment», etc. Car pour faire reculer le plus possible la maladie et la mort, il faut traquer le risque partout où il existe. La prévention des excès alimentaires, du tabagisme, de la consommation d’alcool et de drogues s’efforce d’atteindre cet idéal de sécurité totale. Mais la «mise en risque» du monde ne va pas sans dysfonctionnements. Le culte de la santé disqualifie ceux qui transgressent les conseils des experts. Il enserre les individus dans de nouveaux carcans moraux. Enfin, il est l’allié des industries agroalimentaires et pharmaceutiques à qui il ouvre des marchés particulièrement lucratifs.

Dans leur bref essai d’une centaine de pages, Patrick Peretti-Watel et Jean-Paul Moatti dénoncent à juste titre les excès d’une politique de santé qui tend au risque zéro de manière de plus en plus obsessionnelle, stigmatisant au passage les « déviants » dans un discours moralisateur digne du plus bel obscurantisme religieux. Le propos des auteurs n’est pas pour autant libertaire sans nuance, ils ne nient pas la nécessité d’une prévention. Mais ils la souhaitent plus éthique, plus légitime, plus efficace, et moins médicale... »

1 - Patrick Peretti-Watel, Jean-Paul Moatti. Le principe de prévention, le culte de la santé et ses dérives. Edition Le Seuil dans la collection La République des Idées.

Partager