Question Santé       Facebook  Twitter  header vimeo
Inscription Newsletter  INSCRIPTION NEWSLETTERS  PRESSE

Content Banner   Débats et réflexions

Vous êtes ici:

Fumer ou ne pas fumer, est-ce la question ?

Le tabac a connu une époque bénie

Il y a une soixantaine d’années, ou un peu plus, l’argumentation autour du tabac était tout à fait différente. Avant guerre, personne ne pensait
à la dangerosité du tabac. Des hommes politiques avaient constamment une « clope » à la bouche, Daladier par exemple. D’autres encore, comme Blériot, étaient photographiés cigare au bec. (...) Méfiez-vous des gens qui n’éprouvent pas des plaisirs comme les autres et qui veulent faire le bien de l’humanité...

Prof. Javeau

 

fumer2Adolescence : de l’expérimentation à l’installation

C’est à l’adolescence que le comportement tabagique se consolide. Le passage de l’expérimentation à l’installation dépend de différents facteurs : la personnalité de l’enfant et particulièrement sa capacité à résister ; les pairs : avoir des amis fumeurs est un facteur important d ‘installation dans le tabagisme ; enfin la famille: on constate une influence de l’éducation et du comportement tabagique des parents.

Madame Perrot

 

L’incrédulité face au risque

Le risque est une notion à propos de laquelle se battent les experts. On dit, par exemple : 13.000 personnes meurent du tabac en Belgique... Mais ce n’est jamais nous. C’est toujours quelqu’un d’autre...

Claude Javeau

L’intégration dans un rituel donne du sens à l’usage d’une drogue

En caricaturant un peu, je dirais que les sociétés traditionnelles sont des sociétés fermées où l’ordre social se répète de génération en génération. Dans ces sociétés traditionnelles, l’utilisation de la drogue, quelle qu’elle soit, peut être régulée : avec le calumet de la paix, par exemple, l’usage du tabac est régulé parce qu’il a une signification intégrée dans un rituel culturel et religieux. À partir du moment où nos sociétés s’ouvrent, deviennent incertaines d’elles-mêmes, et où les formes d’organisation sociale ne sont plus prédéterminées, mais sont constamment à inventer (ex.: démocratie), les adultes deviennent progressivement de moins en moins capables d’organiser l’intégration et les rituels d’intégration des jeunes parce qu’eux-mêmes ne sont pas sûrs d’être véritablement intégrés. D’une certaine manière, ce sont les incertitudes des adultes quant à leur propre situation et donc les incertitudes des jeunes par rapport à leur avenir qui vont alimenter les conséquences sur la santé (...) qui sont tout à fait catastrophiques.

Prof. Defrance

pdfTélécharger la brochure "Fumer ou ne pas fumer, est-ce la question ?"599.27 Ko

Partager