Question Santé       Facebook  Twitter  header vimeo
Inscription Newsletter  INSCRIPTION NEWSLETTERS  PRESSE

Bruxelles Santé Info n° 20

BSI20 demicoverAu menu de ce numéro de décembre :

La solidarité de chacun pour tous
Les Services de Médiation de Dettes
Nourrir bébé au sein ou au biberon ?

pdfTélécharger le Bruxelles Santé Info 20618.21 Ko

 

Sécurité sociale : La solidarité de chacun pour tous

Imaginez que les frais de soins de santé soient totalement à votre charge. Pour un accouchement naturel par exemple, vous devriez payer environ quatre mille euros au lieu de mille euros (sans assurance hospitalisation) 1. Le coût d’une maladie chronique comme le diabète varie entre mille cinq cents (sans complications) et cinq mille euros (avec complications) par an 2. Votre famille et vos amis pourraient-ils vous aider financièrement si vous vous retrouviez pendant dix-huit mois au chômage ? Sans que cela ne leur pose des difficultés à eux-mêmes ? Vous-même, pourriez-vous subvenir aux besoins de vos parents retraités pendant quinze ans par exemple ?... La solidarité familiale est importante, mais elle ne suffit pas. La solidarité doit être organisée au niveau de la société.

Chacun met dans le pot commun

La solidarité au niveau de la société passe par l’argent qui est versé à la Sécurité sociale. Elle est financée par l’Etat, les employeurs et les travailleurs. L’argent récolté est versé dans un pot commun. C’est dans celui-ci que sont pris les revenus (ou allocations) versés aux personnes en incapacité de travailler (malades, accidentés, demandeurs d’emploi, etc.) ou retraitées.

La Sécurité sociale est un système de protection pour chaque citoyen. La contribution de tous permet à chaque citoyen de mener une vie conforme à la dignité humaine. La solidarité est importante pour faire face aux coups durs de la vie et maintenir la cohésion de notre société.

1 Le prix d’un accouchement en Belgique : 4 004 euros (10.07.2012), http://www.levif.be
2 Le diabète en Belgique : quelques chiffres, http://www.diabete-abd.be (PDF)

ADDENDUM - Bruxelles Santé Info n°19  (Septembre 2015) Vieillissement, handicap...
Adapter sa maison, une solution économique

Le Service PHARE de la Commission communautaire française (Cocof) aide également les personnes handicapées à conserver leur autonomie ou en avoir plus. Il propose différentes formes d’aides matérielles individuelles (par exemple : l’aménagement de son habitation, de son véhicule, etc.).
Plus d'infos ? Service PHARE : Rue des Palais, 42 – 1030 Bruxelles. Tél. : 02/800.82.03 (entre 9h00 et 12h00). 

Les Services de Médiation de Dettes : Pour aider en cas de difficultés financières

De nombreux produits apparaissent sur le marché chaque année. Les derniers smartphones, tablettes, écrans de télévision, aspirateurs et machines à laver viennent remplacer des produits plus anciens. L’offre est aussi importante pour les activités de loisirs. Par exemple pour de nouvelles consoles de jeux, de DVD, de visites ou séjours dans des parcs d’attraction, animaliers, etc. La publicité pour ces produits et services est partout autour de nous. La tentation est grande d’emprunter de l’argent pour pouvoir les acheter.

Mais emprunter de l’argent auprès d’un organisme financier (banque, société de crédit) ou d’un magasin n’est pas sans conséquence. Cela coûte plus cher parce qu’il faut rembourser plus que l’argent emprunté. Autre difficulté : votre revenu peut diminuer à la suite d’un imprévu. Comme en cas de maladie ou d’accident. Vous ne pouvez plus travailler pour un moment. Vous bénéficiez alors d’un revenu de remplacement. Payer vos factures et rembourser l’argent emprunté devient difficile ou impossible.

Ne pas rester seul/e avec ses problèmes d’argent

Un service de médiation de dettes peut vous aider à trouver une solution avec vos créanciers (= personnes à qui vous devez de l’argent).

La première chose que vous ferez avec le/la médiateur/trice est de faire une liste de vos revenus et de vos dettes. Vous rechercherez ensemble quel est le minimum de revenu nécessaire pour vous permettre de mener une vie conforme à la dignité humaine. Cela veut dire un revenu qui vous permet de payer l’essentiel pour vivre : le loyer, l’eau, le gaz, l’électricité, la nourriture, les soins de santé... Ce travail fait, vous calculerez, avec le/la médiateur/trice, ce qui reste pour rembourser les créanciers tous les mois.

Vous établirez ensuite ensemble un plan de remboursement à proposer aux créanciers. Ces derniers peuvent soit accepter, soit refuser. S’ils acceptent le plan de remboursement, vous devrez rester dans les limites du budget réalisé avec le/ la médiateur/trice. Si les créanciers refusent, le plan de remboursement devra être revu... Le/la médiateur/médiatrice peut aussi vous proposer d’autres solutions.

Bon à savoir

  • Les services de médiation de dettes sont généralement gratuits.
  • Ils interviennent à votre demande et quels que soient vos revenus.
  • Le/la médiateur/trice est tenu/e au secret professionnel.

Plus d’infos ?

Il existe plusieurs services de médiation de dettes à Bruxelles. Six d’entre eux sont agréés par la Commission communautaire française (Cocof). Pour avoir des informations supplémentaires, adressez- vous au : Centre d’appui aux Services de Médiation de Dettes de la Région de Bruxelles-Capitale Boulevard du Jubilé, 153-155 – 1080 Bruxelles.
Tél. : 02/217.88.05
Fax : 02/217.88.07
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.mediationdedettes.be

Bons plans santé : Nourrir bébé au sein ou au biberon ?

Les médias, les professionnels de la santé, la famille et les amis ont tous leur idée sur la manière de nourrir un bébé. Certains sont pour donner le sein (= l’allaitement maternel). D’autres préfèrent le biberon. La tendance actuelle encourage plutôt l’allaitement. Pour les (futurs) parents, faire un choix est difficile. Leur choix ne doit pas se faire sous la pression d’autres personnes. Le plus important est de commencer par s’informer. Une bonne information les aidera à faire leur choix.

Quels avantages ?

Donner le sein comporte de nombreux avantages pour le bébé. Le lait maternel est parfaitement adapté à ses besoins. Il contient des nutriments (=vitamines, protéines, fer, etc.) nécessaires à son bon développement. Ainsi que des anticorps qui le pro- tègent de certaines infections. Le bébé digère aussi plus facilement le lait de la maman. Allaiter a aussi des avantages pour la maman : une perte de poids (liée à une alimentation équilibrée), le lait est toujours prêt... Un des atouts du biberon est que le père ou d’autres personnes peuvent nourrir le bébé. Cela aide la maman quand elle est fatiguée ou qu’elle travaille. Autres points intéressants : on sait exactement ce que l’enfant boit à chaque biberon ; la maman est plus libre de manger et boire ce qu’elle veut, etc.

Choix de la maman... et du papa

«Vais-je avoir assez de lait ?», «J’ai peur d’avoir mal», «Le lait en poudre est-il bon pour mon bébé?»... La maman ou les (futurs) parents ne doivent pas hésiter à poser toutes leurs questions aux professionnels de la santé (médecins, sages-femmes et puéricultrices) qu’ils rencontrent dans les consultations. Le bon choix est celui qui sera bien pour la maman et pour la santé du bébé.

Des questions ?

Renseignez-vous auprès de l’Office de la Naissance et de l’Enfance (ONE), à la consultation proche de chez vous ou par téléphone au : 02/542.12.11.