Question Santé       Facebook  Twitter  header vimeo
Inscription Newsletter  INSCRIPTION NEWSLETTERS  PRESSE

Content Banner   Publications périodiques

Vous êtes ici:

Bruxelles Santé Info n°23

BSI23 coverAu menu de ce numéro de septembre :

Prothèses, implants mieux remboursés à partir de 50 ans

Les services de soins et d'aides à domicile

La télévigilance : une assistance à domicile en cas de problème

pdfTélécharger le Bruxelles Santé Info n°23614.43 Ko

 Prothèses, implants mieux remboursés à partir de 50 ans

Une ou plusieurs dents peuvent manquer pour différentes raisons. A cause, par exemple, de la présence de caries ou d’une maladie des gencives. Un accident, comme une mauvaise chute, peut également en être à l’origine.
Chaque dent a un rôle important. L’absence d’une ou plusieurs dents peut entraîner des difficultés pour parler, mastiquer (= manger), digérer, etc. La perte de plusieurs dents peut aussi avoir un impact sur le plan physique : en faisant paraître le visage plus vieux. En société, cette perte peut entraîner une diminution de la confiance en soi. Par exemple, en ayant peur de parler ou de sourire en public

Dent(s) perdue(s) : quelles solutions ?

Un implant ou une prothèse dentaire qui remplace une ou plusieurs dents permet de surmonter ces difficultés. La pose d’un implant ou d’une prothèse dentaire se fait après un examen bucco-dentaire complet. Votre dentiste ou parodontologue (= dentiste spécialisé) vous proposera et choisira avec vous la solution la plus adaptée.

Est-ce que c’est cher ?

Poser un implant ou une prothèse coûte cher. L’assurance maladie (ou votre mutualité) ne couvre qu’une partie des frais et sous certaines conditions. Le coût dépend : du nombre de dents à remplacer ; de votre âge ; de l’honoraire du dentiste (est il/elle conventionné-e ou pas ?). D’autres éléments interviennent aussi : bénéficiez-vous de l’intervention majorée (VIPO, OMNIO, BIM) ? Avez-vous une assurance soins dentaires complémentaire ?...

Généralement, un remboursement des frais n’est accordé qu’à partir de 50 ans. Pour les 18-49 ans, un remboursement peut être accordé sur base d’un accord du médecin-conseil si les patients souffrent de certaines maladies.

Où vous renseigner ?

Adressez-vous à votre mutualité. N’oubliez pas de prendre également des informations sur les assurances soins dentaires complémentaires. N’hésitez pas à comparer les différentes assurances proposées par les mutualités et les assurances privées.

Les services de soins et d’aides à domicile

Des aides précieuses pour rester chez soi

Les centres de soins et d’aides à domicile proposent leurs services à toutes les personnes âgées, malades, handicapées, accidentées ainsi qu’à tous ceux dont l’autonomie est réduite (car ils ne savent pas ou plus faire certains gestes de la vie quotidienne). Les services offerts leur permettent de rester chez eux et de bénéficier des soins et de toute l’aide dont ils ont besoin.

Pour faire quoi ?

Les soins à la maison sont donnés par des professionnels de la santé. Selon les besoins, les services peuvent envoyer : des infirmier-e-s pour faire les toilettes, des injections, des pansements... ; des aides-soignant-e-s pour prendre des médicaments, mettre au lit... ; des kinésithérapeutes pour réaliser des exercices de rééducation, des massages... Certains services proposent également les services de pédicures, coiffeurs, dentistes ou opticiens.

Les centres de soins à domicile proposent leurs services tous les jours de l’année, week-ends et jours fériés compris. Les prestataires de soins peuvent intervenir plusieurs fois par jour à domicile si cela est nécessaire.

Les aides à domicile proposées sont variées : des aides-ménager-e-s pour l’entretien, des courses à faire ou la préparation des repas ; des gardes à domicile pour des personnes dépendantes ; des gardes d’enfants malades ; des repas livrés à domicile ; des petits travaux ; etc.

Comment ça se passe ?

A Bruxelles, cinq centres de coordination de soins à domicile sont reconnus par la Commission communautaire française (COCOF). Il faut prendre contact avec le service choisi et donner le maximum de renseignement sur vous et vos besoins. Il est possible qu’une personne (par exemple, une assistante sociale) se rende à votre domicile pour évaluer ce dont vous avez besoin.

Combien ça coûte ?

Le coût des soins ou des aides est calculé en fonction de votre revenu et de votre situation familiale. Certains prestataires de soins sont conventionnés, c’est-à-dire qu’ils respectent les tarifs INAMI. Certains pratiquent aussi le système du tiers payant (= le ticket modérateur où le patient paye uniquement sa quote-part personnelle).

Où prendre des infos ?

  • Renseignez-vous auprès des services de soins et d’aides à domicile existant sur Bruxelles (voir liste dans encadré orange).
  • La plupart des services de soins et d’aides à domicile travaillent en collaboration avec les mutualités.

N’hésitez donc pas aussi à vous adresser à votre mutualité.

Centrale des soins à domicile (CSD) – Rue St Bernard, 43 à 1060 Bruxelles – Tél. : 02 537 98 66
Bruxelles Assistance III millénaire (FASD) – Rue Malibran, 53 à 1050 Bruxelles –Tél. : 02 647 03 66
Soins chez soi – Rue de Stalle, 65 (Boîte 4) à 1180 Bruxelles – Tél. : 02 420 54 57
Soins à domicile – Rue des Moineaux, 17-19 à 1000 Bruxelles – Tél. : 02 546 14 66
Cosedi – Rue des Palais, 4 à 1030 Bruxelles – Tél. : 02 218 77 72

Bons plans santé : La télévigilance

 Une assistance à domicile en cas de problème

Pour qui ?

La télévigilance ou la télé-assistance est un système qui permet à la personne âgée, malade, convalescente, handicapée et/ou isolée d’être rapidement aidée à domicile. Comme tout le monde, ces personnes peuvent faire une chute ou avoir un malaise. Il est important de réagir vite pour leur venir en aide. Le système de télévigilance est une solution simple et efficace. Pour les personnes qui sont ou habitent seules, les conséquences d’un accident ou d’un problème de santé peuvent être plus graves.

Ça marche comment ?

Porter sur soi un émetteur vingt-quatre heures sur vingt-quatre permet d’être secouru immédiatement à son domicile. L’émetteur de télévigilance comporte un bouton sur lequel appuyer en cas d’accident ou de problème de santé. Appuyer sur le bouton déclenche un signal d’alarme auprès du service qui assure votre surveillance à distance. Dès que le service reçoit le signal d’alarme, il appelle les personnes de l’entourage qui doivent être prévenues. Si cela est nécessaire, le service de télévigilance prévient les services de secours.

Le service de télé-assistance marche 24h/24 et 7j/7.

L’émetteur est un petit appareil qui se présente :
• soit sous la forme d’un pendentif (à porter autour du cou),
• soit sous la forme d’un bracelet (à porter au poignet).

On paie combien ?

Les tarifs varient d’un service à l’autre. Ils comprennent généralement des frais de placement de l’appareil (environ vingt-cinq euros) et le prix de la location mensuelle (entre une quinzaine d’euros et cinquante euros).
Le coût total peut être moindre pour les personnes bénéficiant de l’intervention majorée sous certaines conditions.

Intéressé-e ?

Informez-vous auprès de votre mutualité. De nombreuses mutualités travaillent avec les centres de soins et services à domicile (voir présentation dans les pages centrales de ce numéro). Souvent, les centres proposent aussi un service de télévigilance.