Question Santé       Facebook  Twitter  header vimeo
Inscription Newsletter  INSCRIPTION NEWSLETTERS  PRESSE

Content Banner   Publications périodiques

Vous êtes ici:

Bruxelles Santé Info n° 13

cover bsi 13ok

 Au menu de ce numéro de mars 2014: 

 ♦ L'« Intervention majorée », nouvelle version

 ♦ Le transport social: pour vous accompagner quand vous en avez besoin

 ♦ Bons plans santé:Bons plans santé:  Moins de boissons sucrées pour vos enfants

 pdfTélécharger Bruxelles Santé Info n° 131.07 Mo

 

 ♦ L'« Intervention majorée », nouvelle version

Depuis le 1er janvier 2014, les statuts OMNIO et BIM ont fusionné pour ne plus faire qu'un, sous l'appellation d'Intervention majorée. Ce système permet à certains groupes de personnes de payer moins les frais relatifs à leurs soins de santé. Vous êtes peut-être dans les conditions pour pouvoir en bénéficier.

Qu'est-ce que c'est ?

Avec l'intervention majorée :
• vous payez moins chers certains médicaments, les consultations chez les médecins et les visites médicales. Vos soins de santé sont mieux remboursés;
• vous pouvez également bénéficier du système du tiers payant: vous payez uniquement le ticket modérateur ou quote-part personnelle lors d'une consultation médicale ;
en cas d'hospitalisation, votre quote-part personnelle est aussi moins importante.
D'autres avantages
Vous avez aussi la possibilité de bénéficier de tarifs préférentiels pour: le gaz et l'électricité, le téléphone, les transports en commun, etc.

Accordée automatiquement 

L'intervention majorée vous est automatiquement accordée si vous:
• recevez le revenu d'intégration sociale (RIS) ou une aide équivalente,
• bénéficiez de la garantie de revenu aux personnes âgées (GRAPA),
• touchez l'allocation aux personnes handicapées,
• percevez une allocation familiale majorée pour un enfant souffrant d'un handicap physique ou mental d'au moins 66 %,
• êtes inscrit auprès de votre mutualité en tant que titulaire mineur étranger non accompagné (MENA),
• êtes reconnu par votre mutualité en tant qu'enfant (de moins de 25 ans) titulaire orphelin.
Si vous aviez déjà le statut OMNIO ou que vous étiez BIM avant le 1er janvier 2014, vous ne devez rien faire: l'intervention majorée vous est accordée automatiquement.

Introduisez une demande si...

Il peut arriver que vous ayez de faibles revenus et que l'intervention majorée ne vous ait pas été accordée automatiquement. Si vous pensez que vous y avez droit, faites une demande auprès de votre mutualité. Sur base d'un examen des reve- nus de votre famille, elle vous dira si vous pouvez ou pas en bénéficier. L'intervention majorée est ac- cordée à tous les membres du ménage mutualiste.
Par «ménage », il faut comprendre : le titulaire, sa/son partenaire de vie et les éventuelles personnes à charge.

Plus d'infos?

Renseignez-vous auprès de votre mutualité.

♦ Le transport social: pour vous accompagner quand vous en avez besoin

Il n'est pas toujours facile de se déplacer en ville quand on a du mal à marcher ou à bouger. Surtout quand on n'a pas (ou plus) de voiture et qu'utiliser les transports en commun est difficile. Les dépla- cements quotidiens, comme aller chez le médecin, faire ses courses ou participer à un événement, représentent alors un véritable problème. Une solution est peut-être de faire appel au transport social.

transport bsi 13D'un point A... à un point B

A Bruxelles, plusieurs services offrent une aide pour se déplacer aux personnes à mobilité réduite (PMR) : les seniors, les personnes en situation de han- dicap (avec ou sans chaise roulante), les personnes malades, les personnes ayant des problèmes de santé mentale, les enfants malades ou handicapés, etc.

Le transport social est généralement assuré par trois types d'opérateurs (= services): des associations, des services publics et des mutuelles. Si vous êtes une personne à mobilité réduite, ces opé- rateurs peuvent mettre à votre disposition un véhicule adapté (voiture ou camionnette) avec chauffeur. Le conducteur vient vous prendre chez vous pour vous conduire là où vous devez vous rendre.

Vous pouvez faire appel au transport social pour :

  •  une raison médicale non urgente (par exemple, une consultation médicale ou vous rendre dans une pharmacie),
  • une raison sociale (par exemple, rendre visite à un proche hospitalisé),
  • accomplir des démarches administratives,
  • effectuer des courses,
  • participer à des activités de loisirs, etc.

Les services travaillent principalement en journée. L'ouverture tôt le matin ou le soir est moindre et rare le week-end.

Important à savoir

Le coût peut être important pour l'usager du transport social: de 0 à 18€ pour l'usager «clas- sique» (de quelques kilomètres en Région Bruxel- loise)*. Il peut être diminué grâce à certaines interventions financières. A quelles conditions? Vous devez être reconnu comme personne handica- pée, malade ou disposer d'un petit revenu. Rensei- gnez-vous auprès de votre mutualité.
La demande des usagers est plus importante que l'offre des services. Le nombre de véhicules et de chauffeurs étant limité, il vaut mieux réserver bien à temps (entre quelques heures à quarante-huit heures avant le jour J).

Où vous renseigner ?

Auprès des services sociaux ou CPAS de votre commune.

CDCS-CMDC (2012), Le transport social en Région de Bruxelles-Capitale – Abstract, Bruxelles : Centre de Documentation et de Coordination Sociales asbl.

♦ Bons plans santé: moins de boissons sucrées pour vos enfants

Comme beaucoup de leurs petits camarades, vos enfants boivent probablement des jus de fruits, des nectars, des limonades, des sodas, du sirop... Et peut-être, parfois aussi, des boissons énergisantes !

En matière de boissons sucrées, l'offre est impor- tante: il y en a pour tous les goûts. Les fabricants de ces produits savent combien les enfants sont naturel- lement attirés par le goût sucré. Beaucoup d'argent est mis dans les publicités pour les séduire. Tout comme les parents, responsables des achats à la maison. Les messages publicitaires disent que les jus de fruits et autres boissons sucrées sont bons, et sans danger pour la santé. Les images qui les accompagnent montrent, souvent, des enfants, en pleine forme, heureux de consommer ces rafraîchissements. Ne vous laissez pas avoir par ces publicités alléchantes.

Pas d'excès de sucre

Le problème est que ces boissons contiennent géné- ralement beaucoup de sucre. Et, la plupart des enfants en consomment toute la journée. Comment cela se passe-t-il chez vous ?
Le matin, peut-être vos enfants prennent-ils un verre de jus d'orange; pour la récréation de 10h, peut-être ont-ils une boisson aux jus de fruits dans leur cartable ; en rentrant de l'école, peut-être boi- ront-ils encore un ou deux verres de soda... Cela fait beaucoup de boissons sucrées sur une seule journée.
Il est difficile d'avoir une alimentation saine et équilibrée si on boit ou mange trop de sucre.

De quoi vos enfants ont-ils besoin ?

Plus exactement, de quoi leur corps a-t-il besoin? D'abord, d'être bien hydraté. Il faut savoir que le corps humain est, en grande partie, constitué d'eau. Or, le corps n'est pas équipé pour la stocker. Il a plein de manières pour l'éliminer: par les urines, par la transpiration, etc. Il est donc essentiel de se réhydrater régulièrement. Et de veiller à ce que vos enfants le soient aussi. Encouragez-les à boire plu- sieurs fois par jour... de l'EAU! C'est l'unique boisson qu'ils doivent consommer sans restriction. Seule l'eau permet au corps de votre enfant d'être parfaitement hydraté.

ilu eau bsi 13

Mauvais pour la santé

Contrairement à l'eau, les boissons sucrées hy- dratent moins bien vos enfants et éliminent moins leur soif. Leur goût pousse à en boire toujours plus. 

Une consommation de boissons sucrées à plusieurs moments de la journée peut favoriser l'apparition de caries dentaires. Une carie est une maladie infec- tieuse qui dégrade la structure (= les tissus) de la dent. L'excès de sucre dans l'alimentation est une source de surpoids et d'obésité. L'obésité peut faciliter l'apparition de maladies comme le diabète, l'hypertension et, à long terme, des accidents cardio-vasculaires.

Que devez-vous faire ?

Veillez à ce que vos enfants boivent des boissons sucrées seulement de temps en temps, à certaines occasions. Pour diminuer leur consommation, chassez-les de la table des repas. Glissez plutôt une gourde d'eau dans leur cartable pour l'école. Chez vous, invitez vos enfants, comme les adultes, à boire le plus souvent possible de l'eau. Votre maisonnée, et votre portefeuille, ne s'en porteront que mieux.