Question Santé       Facebook  Twitter  header vimeo
Inscription Newsletter  INSCRIPTION NEWSLETTERS  PRESSE

Content Banner   Publications périodiques

Vous êtes ici:

Bruxelles Santé Info n° 16

cover bsi 16Au menu de ce numéro de décembre 2014:

♦ Les assurances hospitalisation : pour limiter les frais d'hôpital

♦ Les musées : gratuits... certains jours de la semaine

♦ Bons plans santé. Télé : tous les programmes ne sont pas bons pour les enfants

 

 pdfTélécharger Bruxelles Santé Info n°16622.73 Ko

 

 ♦ Les assurances hospitalisation: pour limiter les frais d'hôpital

Plusieurs raisons peuvent conduire à être hospitalisé: un accident, une maladie grave, une petite opération d'une journée, un accouchement, etc.

Après une hospitalisation, votre mutuelle prend en charge une partie du montant de votre facture. Une autre partie reste à votre charge.
Cette partie peut malgré tout être élevée, par exemple si vous prenez une chambre à un lit et/ou si votre médecin n'est pas
conventionné.

Prendre une assurance hospitalisation peut vous aider à vous protéger contre des frais importants.

Devez-vous ou pas prendre une assurance ?

Certaines mutuelles associent l'assurance hospitalisation aux cotisations de l'assurance complémentaire.
Si l'assurance hospitalisation n'est pas comprise dans vos cotisations, et que vous le souhaitez, il vous faudra signer un contrat d'assurance hospitalisation.

Il existe des assureurs liés aux mutualités et des assureurs privés. Tous proposent différents types de contrats. Comparez-les pour faire votre choix.
Choisissez celui qui répond le mieux à vos besoins.

Remarque : certains employeurs offrent aussi à leurs travailleurs une assurance hospitalisation.

Où avoir de l'info ?

Renseignez-vous auprès des mutualités 1 .

1 Consultez ou demandez à un proche de vous expliquer les informations contenues dans le dossier sur les assurances « hospitalisation » réalisé par Test-Achats dans « Budget&Droits 225 – novembre/décembre 2012 ». Aussi téléchargeable sur http://www.mc.be/binaries/assurance-hospitalisation_TestAchat_decembre2012_ tcm377-122083.pdf tcm377-122083.pdf

 

 ♦ Les musées: gratuits... certains jours de la semaine

Pour certains, les musées évoquent des lieux poussiéreux qui donnent peu envie d'y aller. Pourtant, il faut

oser franchir leurs portes pour faire de belles découvertes. Les musées rassemblent toutes sortes d'objets
qu'ils mettent différemment en valeur.

musee bsi16Une de leurs missions est de les présenter au public. Ils sont une autre manière de faire connaître aux enfants par exemple, le passé et notre histoire, le plaisir de voir un bel objet, etc.

Pourquoi gratuits ?

Les musées sont ouverts à tous. Mais le prix d'entrée peut constituer un obstacle. Pour permettre à tout le monde d'y accéder, plusieurs musées ouvrent gratuitement une fois par mois.
D'année en année, de nouveaux musées viennent s'ajouter à la liste de ceux qui ouvrent déjà leurs portes au public (www.brusselsmuseum.be).

Le premier dimanche du mois

En 2014, vingt-cinq musées bruxellois ont ouvert leurs portes chaque premier dimanche du mois. Il faut
en plus compter le Parlamentarium dont la visite permet de comprendre l'histoire du Parlement européen.

Trois exemples de musées ouvrant le dimanche :

  • Le Musée BELvue retrace l'histoire de la Belgique depuis la Révolution de 1830 jusqu'à nos jours.
  • Le Musée de la Banque Nationale propose de parcourir l'histoire de l'argent qui va du troc (= échange de biens) à l'euro, en passant par le franc.
  • Le Centre d'art de Rouge-Cloître présente des expositions d'illustrateurs et d'auteurs de bandes dessinées.

Le premier mercredi du mois

Certains musées ont décidé d'ouvrir gratuitement leurs portes au public chaque premier mercredi du mois à partir de 13 h comme :

  • Le Muséum des Sciences Naturelles. Surtout connu pour sa galerie de dinosaures, le musée possède bien d'autres sujets de découvertes.
  • Le Musée de la Porte de Hal présente des objets ayant trait à l'histoire du bâtiment qui ressemble à un château (de conte de fées), de la défense de la ville de Bruxelles et de ses corps de métiers.
  • La Tour japonaise et le Pavillon chinois, près du Palais royal et du Heysel, donnent une vision de l'Extrême-Orient.

Et dans votre commune ?

Près de chez vous, il existe peut-être aussi un musée communal dont l'entrée est gratuite. Pour avoir plus d'informations, informez-vous auprès du Service culturel de votre commune.

 

♦ Bons plans santé: télé, tous les programmes ne sont pas bons pour les enfants

Dans de nombreuses familles, la télévision fait partie des objets utilisés chaque jour. Elle présente de nombreuses émissions. Toutes ne conviennent pas aux enfants, ce qui peut avoir un impact négatif sur leur développement et leur santé. 

Certaines peuvent conduire les enfants à : faire des cauchemars, avoir des angoisses, devenir agressifs et banaliser la violence.

Que faire comme parents ?

tele bsi16Pour protéger leurs enfants, les parents – et les adultes qui s'occupent des enfants – doivent surveiller les émissions qu'ils regardent. Ils peuvent limiter l'accès à certains programmes.

En respectant la signalétique qui s'affiche à l'écran au début de certains programmes.
  • - 10: n'est pas conseillé aux enfants de moins de dix ans ;
  • - 12: ne convient pas aux enfants de moins de douze ans ;
  • - 16 : ne doit pas être regardé en dessous de seize ans ;
  • - 18: pas pour les enfants en dessous de dix-huit ans (à cause du caractère pornographique ou d'une très grande violence).
En introduisant un code parental pour les programmes pour adultes.

Pour regarder certaines émissions, il faut introduire un code secret que seuls les parents possèdent. Ce code ne doit pas être donné
aux enfants. La possibilité d'activer le code parentalest un des services proposés par les décodeursnumériques. Si vous n'avez pas de décodeur numérique,référez-vous à la signalétique des programmes.

Pas de télé avant 3 ans !

Ne laissez pas vos enfants regarder la TV s'ils ont moins de trois ans.

Regarder la télévision en dessous de trois ans peut freiner le développement desenfants, même lorsqu'il s'agit de programmes quis'adressent spécifiquement à eux. Ils peuvent développerdes retards de langage, être agités, avoir desproblèmes pour se concentrer et s'endormir, développerune dépendance aux écrans, etc.

Plus d'infos ?

Consultez ou demandez à un(e) proche de vous expliquer les informations disponibles sur le site http://www.surveillezlatele.be