Question Santé       Facebook  Twitter  header vimeo
Inscription Newsletter  INSCRIPTION NEWSLETTERS  PRESSE

Bruxelles Santé Info n°26

BSI26

Au programme de ce mois de juin :

  • Vacances à l'étranger : quelle assurance santé prendre ?
  • Des questions sur les grogues ? Un problème de dépendance ?
  • Se protéger du soleil

pdfTélécharger le Bruxelles Santé Info n° 26591.9 Ko

Vacances à l’étranger: Quelle assurance santé prendre ?

Pour éviter les mauvaises surprises si vous tombez malade ou si vous vous blessez pendant vos vacances à l’étranger, avant votre départ, pensez à prendre les documents nécessaires auprès de votre mutualité :

  • la Carte européenne d’assurance maladie (CEAM). Cette carte est la preuve de votre inscription au système de soins en Belgique. Elle vous donne le droit d’être soigné en Europe. Cette carte est personnelle. Demandez-là pour chacun des membres de votre famille.
  • l’assistance médicale urgente à l’étranger : si vous payez l’assurance complémentaire de votre mutuelle, celle-ci comprend une assurance pour vos séjours à l’étranger. Vous serez mieux remboursé en cas de maladie, d’accident, d’hospitalisation ou de rapatriement (si vous devez rentrer d’urgence en
    Belgique).

Si vous partez en couple ou en famille, vérifiez que votre assurance couvre tout le monde et pas seulement vous-même.

Selon le pays où vous partez, en Europe ou ailleurs, renseignez-vous auprès de votre mutuelle sur ce qu’elle rembourse comme soins : est-ce qu’elle participe aux frais des médicaments, des visites chez le médecin, d’hospitalisation... ?

Vous pouvez aussi choisir une assurance privée plus adaptée à votre type de vacances en complément de l’intervention de votre mutuelle.

Bon à savoir : En vacances, gardez toujours sur vous une photocopie de votre contrat d’assurance et surtout le numéro de téléphone à appeler en cas de problème !

Des questions sur les drogues ?

Un problème de dépendance ?

L’affaire de tous

Les drogues, légales (tabac, alcool, médicaments) ou illégales (cannabis, cocaïne), concernent chacune et chacun d’entre nous, pour nous ou pour nos proches.
Quand on prend une drogue, cela peut entraîner, à court et à long terme, des conséquences, qui n’apparaissent pas tout de suite de manière évidente.
Il est important de pouvoir en parler.

Pour arrêter l’alcool et les autres drogues, il suffit de le vouloir ?

Certaines personnes ne parviennent pas à s’en sortir seules et ont besoin d’une aide extérieure. Ce qu’on consomme, depuis combien de temps et en quelle quantité mais aussi qui on est et dans quelle situation on se trouve : tout cela doit être pris en compte pour savoir si il faut faire appel à un proche ou demander l’aide d’un professionnel. L’alcool et l’héroïne, par exemple, réclament souvent une aide médicale alors qu’un jeune consommateur de cannabis peut trouver de l’écoute dans un centre de planning ou une maison médicale.

Comment faire ?

A Bruxelles, on peut s’adresser à des professionnels pour

  • recevoir de l’information sur la dépendance, sur les produits et sur les moyens de limiter les risques liés aux consommations
  • parler d’une situation difficile
  • trouver de l’aide pour diminuer sa consommation ou arrêter
  • aider un proche
  • préparer une cure de désintoxication
  • être accompagné après une période de dépendance.

Combien ça coûte ?

Certains services sont gratuits, d’autres non. Dans les services subventionnés, le prix des consultations ne doit pas être un obstacle et peut être discuté.

Besoin d’informations ?

Infor-Drogues : permanence téléphonique, information et consultations, service de prévention - Tél. : 02 227 52 52 - www.infordrogues.be

Aide Alcool : site d’informations détaillées sur l’alcool, possibilité d’avoir un accompagnement en ligne par des professionnels. www.aide-alcool.be

Quand un parent boit : site pour les enfants dont l’un des parents est ou a été dépendant à l’alcool. www.quandunparentboit.be

Services spécialisés : La FEDITO bruxelloise rassemble les associations bruxelloises travaillant dans le domaine des toxicomanies et fournit les coordonnées des différents services spécialisés. www.feditobxl.be/fr/membres/

En cas d’urgence, appelez le 112 ou rendez-vous au service d’urgences de l’hôpital le plus proche.

Se protéger du soleil

Comment éviter les coups de soleil et surtout diminuer les risques de cancer de la peau ?

S’exposer trop longtemps et trop souvent au soleil est dangereux. Le premier risque est d’avoir un coup de soleil. Mais le danger, après plusieurs années, est d’avoir un cancer de la peau (surtout le mélanome). De plus, le soleil provoque le vieillissement prématuré de la peau et il est dangereux pour les yeux.
L’exposition au soleil est surtout dangereuse pour les enfants. Les bébés doivent toujours rester à l’ombre.

Comment se protéger du soleil ?

  • Ne pas se mettre au soleil entre 12 h et 16 h : ce sont les heures où les rayons du soleil sont les plus intenses ;
  • Porter un chapeau à larges bords : cela protège la nuque, le cou et les oreilles ;
  • Porter des vêtements (t-shirt) ;
  • Porter des lunettes de soleil avec un indice CE : cet indice garantit la protection contre les rayons ultraviolets (UV) ;
  • Mettre de la crème solaire avec un haut indice de protection UVB (minimum 20) environ une demiheure avant d’aller au soleil. Remettre de la crème au moins toutes les deux heures et après chaque baignade.

Pour plus d’information

Et pour lire l’histoire « Palou, le petit garçon qui voulait devenir l’ami du soleil », qui explique de manière amusante comment se protéger du soleil : www.palou.be