Question Santé       Facebook  Twitter  header vimeo
Inscription Newsletter  INSCRIPTION NEWSLETTERS  PRESSE

Content Banner   Publications périodiques

Vous êtes ici:

Bruxelles Santé n° 41 - mars 2006

cover BS 41Au sommaire du Bruxelles Santé 41 - mars 2006 :

  • Sans-abri, SDF... : l'errance aujourd'hui à Bruxelles (2ème partie)
  • Une action pour faire mieux connaître la drépanocytose
  • Une quinzaine « Seins et saufs » à Evere
  • Forest Quartiers Santé : un partenariat sur les abus et dépendances aux benzodiazépines

pdfTélécharger Bruxelles Santé n° 411.74 Mo

Sans-abri, SDF... : l'errance aujourd'hui à Bruxelles (2ème partie)

 Nous complétons dans ce numéro le dossier sur l'errance en consacrant ces quelques pages à la réalité bruxelloise. Celle-ci est marquée par les particularités d'une grande ville, lieu de passage au niveau belge mais aussi européen, qui offre des services d'aide et d'hébergement, et où l'on peut venir "zoner" dans l'anonymat plutôt que de devoir affronter le regard des personnes que l'on connaît. Comme les autres grandes villes européennes – et de plus en plus de villes moyennes – Bruxelles est confrontée à un afflux croissant de personnes sans abri, et ce non seulement en hiver mais également à la belle saison. Le problème n'est donc pas seulement celui de l'hébergement en urgence pour cause de grand froid, mais aussi celui de la gestion de ce qui est devenu un phénomène de société. Et, comme nous le verrons, le complexe fonctionnement institutionnel bruxellois ne facilite guère cette gestion.

Lire la suite...

Une quinzaine « Seins et saufs » à Evere

En janvier dernier, l'Administration communale d'Evere organisait une quinzaine baptisée 'Seins et saufs'. Non, ce n'est pas une faute de frappe, l'intitulé est correct et illustre parfaitement la manifestation. Pendant quelques jours, la Commune d'Evere a mis en place plusieurs activités autour du cancer du sein. Une exposition, un concours de dessins pour les enfants, des séances d'information et de sensibilisation sur la maladie se sont ainsi déroulés l'espace de quelques jours. Objectif ? Rappeler que la prévention reste un moyen efficace de lutter contre cette pathologie qui touche une femme sur dix avant son 75e anniversaire. Le projet, initié par une conseillère communale everoise, a su canaliser et mobiliser les efforts de toute la commune et de plusieurs autres partenaires bruxellois.

Lire la suite...

Une action pour faire mieux connaître la drépanocytose

La drépanocytose est aujourd'hui la première maladie héréditaire dans plusieurs grandes villes européennes telles que Paris, Londres ou Bruxelles. Dans les maternités bruxelloises, environ 1% des nouveau-nés sont porteurs de l'affection et un bébé sur 1.850 est drépanocytaire. Autrefois circonscrite aux régions de l'Afrique intertropicale, du Bassin méditerranéen et de l'Asie [1], la drépanocytose a émigré en Europe de l'Ouest avec les populations originaires de ces contrées. L'affection peut être très douloureuse et présente de multiples complications qui peuvent être très handicapantes pour les personnes qui en souffrent ainsi que pour leur famille. Depuis 1998, Action Drépanocytose, une association regroupant patients, professionnels de la santé et familles, s'est donné pour tâche d'informer et de sensibiliser sur cette maladie en passe de devenir, chez nous aussi, un réel problème de santé publique.

Lire la suite...

Forest Quartiers Santé : un partenariat sur les abus et dépendances aux benzodiazépine

L'acteur social (individu ou groupe) sait qu'il a besoin des autres pour être efficace sur le terrain. L'association Forest Quartiers Santé ne déroge pas à cette règle. Le travail sur l'identification, la sensibilisation et la mesure de l'étendue de la problématique concernant lac onsommation du Rohypnol a fait l'objet d'un large partenariat avec les acteurs sociaux à Forest. Le flunitrazepam, commercialisé sous le nom de Rohypnol, est une benzodiazépine très puissante. Illégal en Amérique du Nord, il est utilisé dans 64 pays du monde pour le traitement de l'insomnie et de l'anxiété. Cette drogue est peu dispendieuse et facilement accessible sur le marché noir. Ce sédatif provoque des périodes d'amnésie totale, ce qui lui a rapidement fait gagner la réputation de "drogue du viol". Consommé avec de l'alcool ou de la marijuana, il en augmente et prolonge l'action par un effet de synergie. C'est donc un produit dangereux.

Lire la suite...