Question Santé       Facebook  Twitter  header vimeo
Inscription Newsletter  INSCRIPTION NEWSLETTERS  PRESSE

Une charte de bien-être en milieu festif

Ce projet est mené par Modus Fiesta [1] en partenariat avec le CLPS de Bruxelles. Notre question de départ : comment réduire les risques liés à l'usage de drogues en milieu festif bruxellois ? Très vite, nous nous rendons compte qu'il faut absolument dépasser cette thématique spécifique pour parler de santé et même, au-delà, de bien-être du public. Ceci afin que l'ensemble des acteurs adhèrent à ce projet et également pour secouer le cliché "fête = drogues". Bref, pourquoi ne pas mettre en place une charte non pas seulement de réduction des risques mais de bien-être en milieu festif ?

Comment en sommes-nous arrivés là ?...

La préhistoire du projet

Le paléolithique

Enquête sur la pertinence d'une action de réduction des risques liés à l'usage de drogues en milieux festif : consultation des usagers par questionnaires et focus group et observation par immersion. Nous avons fidèlement suivi des clubbers pendant une quinzaine de soirées, "before" et "afters".

Le mésolithique

Etablir des recommandations d'actions, dont le développement d'une charte comprenant des normes définies légalement par le politique (niveau sonore, obligation d'offrir de l'eau potable gratuite...) et la formation du personnel des lieux festifs.

Le néolithique

Premier essai de signature de la charte : une dizaine d'adhérents.

L'âge du bronze

Le dur constat qu'il s'agissait seulement du début d'un processus !

L'âge du fer

Nous prenons notre bâton de pèlerin et rencontrons les différentes personnes concernées par le projet. Nous décidons alors de ne pas nous limiter aux patrons de discothèques mais de viser l'ensemble des maîtres d'œuvre du monde de la nuit.

Depuis lors, nous sommes entrés pleinement dans le processus de création d'un label de qualité en milieu festif, en collaboration avec le Cabinet du Ministre régional de la Santé et de l'Administration de la Commission Communautaire Française. A notre demande, le CLPS de Bruxelles nous a rejoints dans ce travail de longue haleine et nous a gentiment forcés à porter un autre regard sur le projet, devenant ensuite naturellement un des porteurs de celui-ci.

En quoi consiste exactement le label ?

Les principes qui ont été retenus pour l'octroi du label tiennent compte des modes de fonctionnement du milieu ainsi que d'un véritable esprit festif, tout en encourageant les uns et les autres à se préoccuper de la santé. Les critères retenus sont les suivants :

  • formation du personnel ;
  • accès à de l'eau potable gratuite ;
  • accès à des préservatifs ;
  • réduction des risques liés au niveau sonore ;
  • accès à de l'information "santé" ;
  • participation aux campagnes d'alerte précoce sur les produits psychotropes en circulation ;
  • participation à l'évaluation du label.

Par ailleurs, suite aux suggestions des acteurs du monde de la nuit, des "étoiles" supplémentaires seraient accordées en fonction de critères tels que (liste non limitative) :

  • la participation à un système de "retour à la maison" ;
  • la mise en place d'un chill out (espace de repos) ;
  • la participation à la mise en place de services médicaux spécialisés pour les milieux festifs ;
  • la présence d'un stand d'information avec du personnel formé ;
  • une salle non fumeurs ;
  • l'accessibilité du lieu aux personnes handicapées.

Les défis à relever

Premier défi

Rassembler l'ensemble des patrons de discothèques, organisateurs de soirées ou de free parties et patrons de salles, autour de la question du bien-être de leur public. Ils sont impliqués dans toutes les étapes de la création du label : établissement des critères de qualité de la charte ; participation aux campagnes de promotion de celle-ci ; mise en place d'une plate-forme de concertation et notamment de liaison entre le secteur santé et le monde festif nocturne. Cette plate-forme est garante de la convergence des intérêts de l'ensemble des participants.

Deuxième défi

Impliquer le public dans l'élaboration, la mise en place et l'évaluation du label.

Troisième défi

Pouvoir parler de la santé des personnes en respectant la fête et les excès qui y sont inhérents. Pour cela, il faut tisser autour de cette question des liens de confiance entre le public et les organisateurs du monde de la nuit. Valoriser auprès des premiers le fait que les seconds ont le souci que la fête soit belle.

Le CLPS de Bruxelles est garant que le projet tende vers des valeurs de la promotion de la santé. La réduction des risques est une stratégie de la promotion de la santé, et la charte de bien-être en milieu festif veille à étendre cette stratégie à d'autres problèmes de santé que ceux qui sont liés aux consommations. Le CLPS apporte un accompagnement méthodologique dans la phase de diagnostic, dans la (re)formulation des objectifs, la planification, la définition de critères d'évaluation, la mise en place de partenariats et de concertation. Il prend une part plus active dans certains axes du projet comme, par exemple, la formation, l'implication du public... Le CLPS est partenaire d'un processus de travail à long terme, dans une dynamique d'échange de savoirs et de pratiques avec une association de terrain.

Pour l'équipe du projet Modus Fiesta :
Catherine Van Huyck
Pour l'équipe du CLPS de Bruxelles :
Catherine Vegairginsky

Notes

[1] Modus Fiesta est un projet de Modus Vivendi ASBL.

Partager