Question Santé       Facebook  Twitter  header vimeo
Inscription Newsletter  INSCRIPTION NEWSLETTERS  PRESSE

Bruxelles Santé Info n°33

 

20190318 ILLU demiCoverBSI33Le numéro 33 vient de paraître.

Au sommaire :
Médicaments génériques
Les haltes-accueil
Le dépistage du cancer de l'intestin

 

 

pdfTélécharger le pdf du Bruxelles Santé Info n°33979.89 Ko

Médicaments génériques

C’est quoi encore ?

Un médicament générique est une copie d’un médicament original. Il contient la même quantité et la même qualité en principes actifs. Il produit les mêmes effets sur l’organisme qu’un médicament original. Un médicament générique est donc aussi efficace qu’un médicament original.

Quel avantage pour vous ?

Un médicament générique coûte moins cher qu’un médicament original. S’il s’agit d’un médicament remboursé par votre mutuelle, vous payerez minimum 31 % moins cher qu’un médicament original. Payer moins cher ses médicaments permet aussi de limiter ses dépenses en soins de santé. Les dépenses augmentent quand vous devez par exemple prendre plusieurs médicaments. Souffrir d’une maladie chronique comme l’asthme, le diabète ou l’hypertension peut aussi conduire à dépenser beaucoup.

Comment avoir des génériques ?

Votre médecin a deux possibilités pour vous prescrire des génériques.

  • Il vous fait une ordonnance avec le nom de marque du générique.
  • Il vous donne une prescription avec le nom de la molécule. Il s’agit d’une prescription en dénomination commune internationale (DCI). Dans ce cas, le pharmacien doit vous fournir le médicament le moins cher.

Si votre médecin vous prescrit des médicaments antibiotiques (contre des bactéries) ou des antimycosiques (contre des champignons), votre pharmacien fera une « substitution automatique ».
Il doit vous proposer un médicament générique qui contient le même principe actif que le médicament prescrit par votre médecin.

Vous avez des questions ?

Vous pouvez demander conseil à votre médecin.
Vous pouvez aussi vous adresser à votre mutuelle ou à votre pharmacien.

 

Les haltes-accueil

Pour garder vos enfants un petit temps

Qu’est-ce que c’est ?

Une halte-accueil fonctionne un peu comme une crèche. Elle accueille généralement les enfants de 0 à 3 ans de manière occasionnelle. C’est-à-dire quelques heures et quelques jours par semaine. Elle permet aux parents de se libérer pour mener d’autres activités. Dans une halte-accueil, les enfants sont pris en charge par des professionnels comme des puéricultrices. Ils sont aussi en contact avec d’autres enfants avec qui ils peuvent jouer. Il est important pour les enfants d’être en contact avec d’autres personnes. La sociabilité permet de bien vivre avec les autres.

Pour qui ?

Une halte-accueil apporte une aide aux parents d’enfants qui :

  • suivent une formation ;
  •  cherchent un emploi ;
  • ont besoin d’un temps pour souffler.

Chaque halte-accueil a ses règles. L’accès peut être réservé à certains publics. Comme par exemple aux bénéficiaires du revenu d’intégration sociale (RIS) qui recherchent un travail. Les familles monoparentales peuvent aussi être un public prioritaire. Dans une famille monoparentale, le chef de famille est un parent (une maman ou un papa) qui vit seul avec un, deux ou plusieurs enfants. L’objectif est d’aller mieux en reprenant une formation, en recherchant un travail ou en s’accordant un peu de temps pour soi.

Dans une halte-accueil, d’autres points sont importants. Les parents peuvent par exemple être encouragés à participer à la vie de la structure afin de définir des règles communes, de créer des espaces parentsenfants, d’améliorer l’accueil, etc..

Besoin d’infos ??

Renseignez-vous auprès de votre commune pour savoir si une halte-accueil existe près de chez vous. Si la halte-accueil est une initiative communale, votre commune pourra aussi vous informer sur le prix. Le prix dépend généralement de vos revenus.

 

Bons plans santé 

Le dépistage du cancer de l’intestin.

Le cancer de l’intestin est aussi appelé cancer colorectalC’est un des trois cancers les plus fréquents en Belgique. Le risque de développer un cancer de l’intestin augmente beaucoup à partir de 50 ans. A Bruxelles, un programme de dépistage est proposé aux femmes et aux hommes âgés de 50 à 74 ans. Il est gratuit. L’objectif est de réduire la mortalité. La détection de petites lésions nommées polypes permet de les traiter avant qu’elles n’évoluent en cancer.

Comment se passe le programme ?

Tous les Bruxellois âgés de 50 à 74 ans recevront une lettre d’invitation officielle tous les deux ans. Cette lettre leur permettra d’aller chercher un test gratuit (Colotest) chez leur pharmacien. Les personnes dans cette tranche d’âge qui ont déjà fait le test recevront cette lettre deux ans après le dernier test. Les personnes qui ont eu une colonoscopie recevront la lettre d’invitation cinq ans après cet examen.

  • Vous recevez la lettre d’invitation tous les deux ans.
  • Vous présentez cette lettre à votre pharmacien pour recevoir gratuitement le Colotest.
  • Vous effectuez le test à la maison.
  • Vous l’envoyez sans devoir payer le coût d’envoi au centre d’analyse.
  • Vous recevez les résultats. Le médecin traitant que vous avez désigné les reçoit aussi..

En Belgique, chaque année 3 000 personnes meurent à cause du cancer de l’intestin. S’il est dépisté tôt, 95% des personnes atteintes guériront.

Pour qui ?

Le dépistage gratuit du cancer de l’intestin est destiné à tous les Bruxellois entre 50 et 74 ans qui n’ont pas de risques personnels ou familiaux. Mais contactez votre médecin traitant pour avoir un dépistage adapté si : vous avez des hémorroïdes qui saignent ; un membre de votre famille proche a eu le cancer de l’intestin (mère, père, soeur, frère, enfant) ; vous souffrez d’une maladie inflammatoire du colon (maladie de Crohn…) ; etc..

Des questions ?

Posez-les à votre médecin traitant. Vous pouvez aussi préparer les questions à lui demander en allant sur le site www.brumammo.be/colotest.