Question Santé       Facebook  Twitter  header vimeo
Inscription Newsletter  INSCRIPTION NEWSLETTERS  PRESSE

Débats n° 56

Notre rubrique « Débats » donne la parole aux groupes politiques démocratiques.

 Soutenir l’accès à la santé pour tous

La Région bruxelloise connaît des inégalités importantes au niveau de la santé, liées principalement aux disparités sociales, à la qualité de l’habitat et à l’environnement. Le cdH, au Parlement francophone bruxellois, veut faire de la réduction des inégalités sociales une de ses priorités.

La politique de santé doit proposer une conception plus large de la santé : socio-économique, environnementale et centrée sur le bien-être de la personne dans ses milieux de vie. C’est pourquoi le cdH soutient le Collège de la Commission communautaire française, qui axera son action dans une logique de transversalité entre les secteurs socio-sanitaires mais également en créant des liens avec les politiques de logement, d’environnement, de mobilité, d’urbanisme et d’emploi qui sont menées en Région bruxelloise.

La création d’un projet pilote de centre de santé global, en concertation avec tous les acteurs du territoire, sera étudiée. Des efforts en faveur d’un accès maximal aux aides et aux soins sur les plans géographique, social et culturel seront déployés. Le Collège encouragera, par exemple, la coordination des services aux personnes âgées ou handicapées, qui sera organisée pour faciliter, si elles le souhaitent, leur maintien à domicile. En fonction des moyens budgétaires disponibles, l’agrément de nouvelles maisons médicales sera lui aussi envisagé.

L’accessibilité des soins de santé pour tous implique, pour le cdH, une gestion dynamique et rigoureuse des hôpitaux publics et le soutien actif aux partenariats hospitaliers. A ce titre, le partenariat novateur au sein du nouveau centre hospitalier de revalidation Valida, situé à Berchem-Sainte-Agathe, marque un tournant dans le monde hospitalier bruxellois. Partenaires publics et privés, laïques et chrétiens, francophones et néerlandophones se sont unis pour développer une institution de 175 lits qui se veut à la pointe de la revalidation, avec une polyclinique accessible à tous offrant la proximité des soins aux communes concernées.

Joël Riguelle
Député-bourgmestre de Berchem-Sainte-Agathe
Président du groupe cdH au Parlement francophone bruxellois

Une politique régionale de santé cohérente

L’accord de gouvernement à Bruxelles prévoit de « développer une politique de santé cohérente et de renforcer les transversalités et l’approche communautaire, de déployer une programmation de l’offre de services ».

L’OMS quitte sa neutralité bienveillante pour synthétiser les travaux de sa commission sur les déterminants de la santé par « la répartition inégale des facteurs qui nuisent à la santé », ce qui « n’est en aucun cas un phénomène naturel ». Elle résulte « des effets conjugués de politiques et de programmes sociaux insuffisants, de modalités économiques injustes et de stratégies politiques mal pensées ». L’accroissement des inégalités sociales et la précarité sont sans doute les facteurs les plus déterminants de la situation de santé de la population en Région bruxelloise. Il ne suffit pas de savoir, il est urgent de traduire les constats et observations en stratégies d’intervention et en priorités politiques. D’autre part, nos services sont confrontés à cette réalité en ordre dispersé, à la mesure de l’éclatement des compétences et du cloisonnement des secteurs.

La déclaration politique ouvre à une approche globale de la santé ; elle suggère une stratégie non seulement réparatrice, à partir des dispositifs sociaux et de santé et d’une convergence accrue entre eux, mais aussi et peut être surtout proactive sur les facteurs déterminant l’accroissement des inégalités. Son interprétation « haute » évoque la mise en place d’une politique régionale de santé cohérente, soutenue par le travail d’une conférence interministérielle intra-bruxelloise et par la programmation des offres de services aux besoins de la population tels qu’analysés à travers les travaux de l’Observatoire et autres sources de données qualitatives ou quantitatives.

L’ampleur, la récurrence et la globalité de la crise impliquent sans doute d’actionner des leviers favorables à la santé à travers d’autres politiques – logement, environnement, cohésion sociale, culture. L’ambition d’un PRDD – projet régional de développement durable – pourrait non seulement offrir un environnement intersectoriel intéressant à un volet santé mais l’inscrire dans un projet politique et social global.

Jacques Morel
Député Ecolo au Parlement francophone bruxellois

Cent mille... ce chiffre est loin d’être « h »épatant !

On estime à près de 100.000 de nos concitoyens ceux qui sont touchés par le virus de l’hépatite C. À une époque où le sens commun a davantage en mémoire les grands fléaux médiatisés de par le monde, cet énorme chiffre est trop souvent méconnu. Il l’est encore plus au niveau de ses suites en Belgique : l’hépatite C contamine sept fois plus et tue quatre fois plus d’individus que le virus du SIDA ; elle est la troisième cause de décès ; la moitié des personnes contaminées ignorent l’être ; il n’existe toujours pas de vaccin.

Face à cette situation et, surtout, à l’urgence de développer un cadre sanitaire et préventif adapté, le groupe MR a déposé et fait adopter une proposition de résolution contre l’hépatite C au sein de différentes assemblées (Parlement francophone bruxellois, Communauté française et Commission communautaire commune). Parmi les mesures promues, figurent entres autres le renforcement des campagnes de dépistage et de prévention du virus ainsi que la mise en place d’un service de soutien aux malades et à leurs familles. Il est heureux de constater qu’au-delà des oppositions d’idées, tous les partis démocratiques se sont unis derrière ce projet et ce, au bénéfice de nos concitoyens.

Françoise Schepmans
Chef du groupe MR au Parlement francophone bruxellois

Partager