Question Santé       Facebook  Twitter  header vimeo
Inscription Newsletter  INSCRIPTION NEWSLETTERS  PRESSE

Content Banner   Publications périodiques

Vous êtes ici:

Le bus Info Santé d’Anderlecht, un outil de promotion de la santé

Suite à la création d’un échevinat de la santé à Anderlecht en 2000, la commune a décidé d’investir dans un bus Info santé. Ce bus circulera sur l’ensemble du territoire communal à partir de septembre 2003. Pour ce faire, la commune a engagé depuis plus d’un an une infirmière en santé communautaire, Carine Staelens qui coordonne le projet.

En septembre 2002, la coordinatrice formule une demande au CLPS de Bruxelles pour l’accompagnement méthodologique du projet. C’est le début d’une collaboration fructueuse dont nous vous proposons l’histoire.

Méthode et réalités

Au départ, ce partenariat s’établit sur une base formelle. Le Centre Local de Promotion de la Santé de Bruxelles s‘engage à apporter une aide méthodologique au niveau de l’élaboration du projet, de sa mise en œuvre jusqu’à son évaluation.

Dans la réalité cet accord se traduit selon les demandes de la coordinatrice et l’évolution du projet. L’intérêt de cette collaboration réside dans la confrontation permanente des concepts et de la réalité du terrain ramenée par la coordinatrice. Réflexions et réalités se nourrissent mutuellement afin de construire un projet cohérent, au plus près des besoins du terrain.

Car on le sait, la réalité est mouvante et la difficulté du coordinateur est bien d’être en phase avec celle-ci sans en être complètement absorbé.

Le CLPS de Bruxelles assure peut-être ce regard en décalage qui permet à une action de ne pas perdre en chemin ses objectifs et ses finalités. C’est dans cette optique que le CLPS travaille : garder en tête une méthodologie mais laisser à la réalité prendre sa dimension pour donner aussi corps au projet.

Les étapes du projet

La première étape qui n’est pas la moindre est de définir le Bus Santé.

Multiples questions sont posées :

  • Si ce bus ne propose pas de consultation médicale, doit–il toutefois avoir la présence d’un médecin pour garantir sa crédibilité ?
  • Est-ce que ce bus va répondre à des demandes de santé au sens strict ou va t’il être un moyen pour susciter une dynamique de promotion de la santé ?
  • Comment l’intégrer dans la commune sans qu’il apparaisse comme un outil trop politique, parachuté auprès de la population ?

Très vite, le souhait s’ impose d’inscrire ce projet dans une logique de prévention non médicale, dans une démarche de santé communautaire. Le Centre Local de Promotion de la Santé propose alors de relever les caractéristiques du terrain anderlechtois. Les quartiers se révèlent être forts différents à plusieurs titres : populations, initiatives associatives,... La question se pose alors de savoir comment intégrer ce projet en fonction de cette variété de facteurs. Un point que nous avons approfondi lors de la deuxième étape du projet.

Enfin, nous définissons les objectifs généraux en ces termes :

  • améliorer l’accès à l’information en ce qui concerne la santé ;
  • tenter d’égaliser les chances d’accès à la prévention en allant à la rencontre de la population ;
  • tenter de recréer du lien social (passerelle entre les institutions et la population)
  • rapporter les conclusions du diagnostic communautaire au niveau des instances communales.

Lors de la deuxième étape, quelques mois sont consacrés à l’identification des nombreuses structures et associations psycho-médico-sociales présentes sur la commune et à la rencontre de celles-ci.

Suite à ces rencontres, nous avons décidé de mettre en place dans 3 quartiers anderlechtois (Cureghem, La Roue et le Peterbos) des groupes de travail constitués d’associations locales et d’habitants afin de réfléchir à la mise en pratique du projet au sein de leur quartier.

Ces quartiers ont des populations et des réseaux associatifs très différents. Dès lors, il a semblé, important d’évaluer les problématiques et les ressources pour chaque quartier. Par ailleurs, des possibilités de collaboration et de partenariat plus spécifiques peuvent voir le jour.

La troisième étape débutera au mois de septembre : le bus circulera dans les 3 quartiers. Il aura essentiellement une fonction généraliste d’information et d’écoute auprès de la population et servira de relais vers les structures psycho-médico-sociales de la commune.

Le bus participera également au soutien de certaines campagnes de prévention ( sida, année européenne de la personne handicapée, dépistage du cancer du sein , ...) et de sensibilisation à la santé.

Une première évaluation

Un questionnaire, réalisé dans les groupes de travail des 3 quartiers concernés (Cureghem, La Roue et le Peterbos) sera proposé à la population sous forme d’entretien pour évaluer les besoins et demandes des personnes. L’analyse des entretiens devrait permettre d’orienter les activités du bus pour la deuxième année mais aussi de rapporter les conclusions de ce diagnostique communautaire au niveau de la politique communale.

Bégoña Montilla
Pour le CLPS de Bruxelles

Partager