Question Santé       Facebook  Twitter  header vimeo
Inscription Newsletter  INSCRIPTION NEWSLETTERS  PRESSE

Un travail de réflexion avec les travailleurs de rue

C’est dans un partenariat autour de la mise en place d’une journée de réflexion sur les spécificités, le sens et les méthodologies du travail de rue que le CLPS de Bruxelles a choisi de s’investir.

Suite à une demande de l’asbl DUNE, le CLPS de Bruxelles s’est engagé a apporter sa participation dans la réflexion et l’organisation d’un événement public qui se déroulera au mois de septembre 2003. Le Service de Prévention de la Commune de Saint-Gilles est également partenaire de ce projet.

Ce projet a pour objectif le lancement d’une dynamique de réflexion collective sur le travail de rue, mettant en présence différentes logiques professionnelles. Ensemble, croiser les savoirs, systématiser les connaissances, faire émerger une professionnalité spécifique et en assurer la reconnaissance. Comment aider au maintien d’un réseau de travailleurs de rue ?

DUNE en toutes lettres

Dépannage d’Urgence de Nuit et Echanges. DUNE asbl est une association active en matière de toxicomanie. Son équipe de travailleurs de rue, pratique en soirée des activités d’accompagnement social ainsi que de prévention des risques liées à la consommation de drogues. L’asbl tient également un comptoir d’échanges de seringues et de distribution de matériel stérile, le C.L.I.P. (Comptoir Local Information Prévention) en partenariat avec Modus Vivendi, la Commune de Saint-Gilles et Transit-l’AIIR.

La participation du CLPS de Bruxelles

Nous nous investissons dans ce projet afin d’apporter une aide méthodologique ainsi qu’une ouverture sur la promotion de la santé. En effet, le questionnement autour du travail de rue avec un public très précarisé, désocialisé rejoint en beaucoup de points les thèmes abordés en promotion de la santé, comme :

  • la question de la participation ;
  • le travail de mise en réseau ;
  • l’évaluation ;
  • fait-on de l’éducation à la santé, de la prévention ou de la promotion ?
  • la notion de prise en charge ;...

Par ailleurs, le secteur des travailleurs de rue, peu connu du CLPS de Bruxelles, élargit notre connaissance et notre réflexion autour de l’offre sociale en rue.

La naissance du projet

Début 2003, l’équipe de l’asbl DUNE entame une réflexion en deux temps sur les spécificité et le sens du travail de rue. Au premier temps l’équipe réfléchi aux questions qu’elle aurait envie de poser à des personnes ayant théorisé leur expérience d’un travail en rue. Dans un deuxième temps, l’équipe émet des avis à propos d’un résumé de la partie théorique du livre de Patrick Declerk “Les naufragés. Avec les clochards de Paris” (Plon, 2001). Un grand nombre de questions, d’idées, de réflexions émanent de ces réunions de travail. Il semble, dès lors, opportun de poursuivre la réflexion en collaboration avec d’autres associations du métier, et ce, quel que soit leur secteur institutionnel.

Il semble important de partir des questionnements et des savoirs des travailleurs de terrain et tenter de les systématiser. Une telle dynamique de réflexion sur l’action considère le travailleur de terrain comme un acteur, un témoin et un révélateur de la vie dans la rue. Comme acteur, il doit assumer son rôle (sans empiéter sur celui des autres) et le modifier subtilement parle jeu des interactions. Il n’est pas un conseilleur, il ne sait pas ce qui est bon pour l’autre mais sa présence modifie subtilement la réalité. Comme témoin, il atteste de ce qu’il voit, il est le témoin du témoignage et des souffrances des personnes qu’il rencontre. Il n’est pas neutre, son regard modifie la réalité qu’il perçoit. Comme révélateur, ses réflexions et questions interpellent le politique.

Poursuite de la réflexion

Afin d’étayer la réflexion entamée par l’équipe de DUNE et d’être garant du processus de recherche-action nous avons mis sur pied de deux groupes de travail. Un atelier de réflexion, intitulé “Penser son action” réunit des professionnels de première ligne, des associations et services intéressés. Nous retrouvons dans ce groupe une quinzaine d’associations venant de secteurs différents, travaillant avec des public différents, ayant des pratiques du travail de rue différentes et venant de zones géographiques différentes. Au cours des échanges, nous récoltons les questions qui se posent à propos des pratiques quotidiennes. Nous tentons de faire émerger les convergences et les spécificités du travail de rue, tous secteurs confondus. Nous tentons également de faire naître des questionnements liés au sens et à l’éthique du travail en rue, du type : Dans le travail de rue, qui demande quoi et à qui ? Quel sens d’un travail qui ne vise pas la réinsertion ? L’éclairage clinique aide-t-il à comprendre la vie de la rue ? Peut-on construire dans l’urgence ? C’est quoi aller au devant d’une demande ?...

Un comité d’accompagnement, réunissant des intervenants de divers horizons, engagés d’une manière ou d’une autre dans l’approche du travail de rue. Ce comité est garant des aspects méthodologiques du processus de recherche-action mis en place, ainsi que du croisement des discours, à savoir, accompagnement et aide à l’analyse des contenus du groupe “Penser son action”. Le relais entre ces deux groupes de travail sera assuré par les partenaires (DUNE asbl, CLPS de Bruxelles et le Service de Prévention de la Commune de Saint-Gilles).

Un événement public

Les réflexions, questions et pistes de travail des deux groupes seront répertoriées dans un document que nous ferons parvenir à des auteurs engagés dans l’approche de la vie en rue et ayant produit à ce propos une réflexion qui nous semble pertinente. En septembre 2003, nous organiserons un moment de réflexion ouvert au public, au cours duquel les travailleurs de terrain auront l’occasion de consulter ces auteurs et avoir avec eux un échange d’expertises.

Perspectives

Nous ne voyons pas cet événement public comme lafin d’un processus de réflexion. Au contraire, nous souhaitons qu’il soit une clé d’ouverture de la dynamique de recherche-action concernant un travail social particulier, prenant en considération des personnes peu ou prou rencontrées par le travail social sédentaire.

Dominique Werbrouck
CLPS de Bruxelles

Partager