Question Santé       Facebook  Twitter  header vimeo
Inscription Newsletter  INSCRIPTION NEWSLETTERS  PRESSE

Content Banner   Actualités

Vous êtes ici:

Le service Education Permanente lance des débats sur les réseaux sociaux !

Le COVID-19 soulève de nombreuses questions sur notre société. Le service d'éducation permanente les met en débat sur les réseaux sociaux dans un objectif de participation citoyenne. 

Dans une société qui se construit au jour le jour et qui est actuellement en train de vivre une des pires crises sanitaires, de nombreuses interrogations se posent. Qu'en faisons-nous ? Dans le cadre du projet en éducation permanente "Questions de société... Questions de santé", Question Santé propose, pour ceux qui souhaitent réfléchir ensemble, un espace de débat sur les réseaux sociaux (confinement oblige). 

Durant une semaine, la page Facebook de Question Santé postera différentes questions qui font débat dans le contexte actuel de crise ou mettra en avant des opinions, réflexions autour de ces questions. L'objectif est de pousser chacun•e à s'interroger via une participation citoyenne. 

Les débats porteront sur six thématiques : 

  • La fracture numérique 

L’arrivée du coronavirus a radicalement modifié notre utilisation du numérique, des moyens de communications, des moyens de paiement. Beaucoup ont découvert les connexions à distance, les outils de vidéoconférences, de nouveaux programmes bureautique… 

Comment vivez-vous ce changement ? Si tout cela s’est mis en place sans trop de mal pour certains, est-ce le cas pour tous ? Avons-nous tous les moyens de cette révolution forcée ?

  •  Les inégalités sociales

Depuis quelques semaines, nous sommes confinés, et quand nous en avons, avec nos enfants. Aux tâches habituelles s’en est rajoutée une, celle d’assurer leur scolarité, en tout cas de manière plus poussée que ce que nous faisions avant la crise sanitaire. Mais par la force des choses, cette situation met en lumière des enjeux importants. 

Tous les enfants sont-ils égaux face à la crise sanitaire ? Sommes-nous tous en capacité de nous en occuper ? Devons-nous devenir des maitres d’école, et maintenir avec eux quelque chose qui ressemble à leur scolarité « d’avant », ou faut-il envisager d’autres voies ? 

  • Le traitement de l'information

Depuis le début de la crise, notre manière de « consommer » l’information a changé. La crise a modifié les habitudes des journalistes, le choix des sujets, la manière de les traiter. Sans doute, également, n’a-t-il jamais été aussi difficile pour les journalistes et le public de prendre du recul, d’exercer leur esprit critique. Certains parlent de communication de crise. De plus, les endroits où nous cherchons l’info semblent avoir changé…

Comment voyons-nous ces nouvelles manières d’informer, et d’être informés ? S’agit-il d’une dérive ou non ? Comment vivons-nous cela ? Et surtout de quoi avons-nous besoin ?

  •  Le confinement

Le confinement a fait apparaitre ou réapparaitre des attitudes, nouvelles ou anciennes, que nous ne nous attendions peut-être pas à voir où à revoir. D’un côté, par exemple, des manifestations spontanées de soutien au personnel soignant. Qu’on adhère ou pas au principe, il faut constater que celles-ci prennent de l’ampleur. D’un autre côté, on observe des actes de malveillance envers le personnel médical. Lettres anonymes, injures, expulsions de colocations, déprédations. D’autres catégories de personnes sont aussi prises à part. Les personnes homosexuelles, les personnes d’origine étrangère, victimes elles aussi de lettres anonymes, mais aussi de délations et de violences. 

Applaudissements, coups de klaxon,concerts improvisés,  mais aussi lettres anonymes, délations, violence… Que nous apprend le confinement sur notre société, sur nos envies, nos peurs ? 

  •  Le surendettement

Les faibles revenus, les difficultés de gestion de son budget ou les coups du sort peuvent pousser les personnes au bord du gouffre… Avec la disparition des revenus que subissent certains, suite à la crise, des situations déjà difficiles peuvent devenir inextricables. Le surendettement, la précarité, les privations peuvent devenir une réalité difficile à vivre. 

Face à la crise, quelles sont les perspectives pour les personnes financièrement en difficultés? 

  •  Les personnes âgées ou dépendantes

Avec la crise du coronavirus, les personnes âgées en institution - et les personnes dépendantes - se sont retrouvées dans un confinement qui souvent a pris des allures d’isolement, de séparation des proches voire d’abandon. Dans un secteur où les conditions de travail étaient déjà pénibles, les professionnels chargés de s’occuper de ces personnes se trouvent encore plus dans des positions terriblement difficiles et doivent faire des choix où leurs valeurs entrent en conflit avec ce qui leur est demandé. 

Pourquoi les personnes âgées et/ou dépendantes sont-elles particulièrement touchées par la crise du coronavirus ?

 

Participer aux débats sur la page Facebook de Question Santé >>

Partager