Question Santé       Facebook  Twitter  header vimeo
Inscription Newsletter  INSCRIPTION NEWSLETTERS  PRESSE

Content Banner   Publications périodiques

Vous êtes ici:

e-Mag Bxl santé

Chercheurs et travailleurs sociaux : on se mélange ?

Tel était le titre évocateur du colloque que le Centre de recherche de Bruxelles sur les inégalités sociales (CREBIS) comptait organiser en ce début septembre pour lancer ses activités. Le Covid est passé par là et le colloque est reporté en 2021, mais les chercheurs du CREBIS cogitent ferme et nous font part de leurs réflexions pour des travaux et autres démarches à venir.

Rétroactes. En octobre 2017, le Forum-Bruxelles contre les inégalités organisait un laboratoire de l’innovation sociale intitulé Hors circuit, réunissant quarante experts de tous horizons durant cinq jours desquels avaient émergé vingt pistes pour transformer le social. Parmi ces vingt orientations, allant de l’intégration de pair-aidants pour répondre aux besoins des publics au fait d’encourager le professionnel à sortir de ses murs et favoriser la rencontre, figurait cette idée de créer un laboratoire de recherche appliquée en pratiques et transformations sociales.

C’est sans doute sur les fondations de cette vaste cogitation initiée en 2017 que le CREBIS s’est construit, à l’instar du CREMIS (Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales et les discriminations)1 , son grand frère québécois qui a montré la voie. Comme l’explique Sébastien Lo Sardo, « Nous avons rencontré les chercheurs du CREMIS à plusieurs reprises car leur démarche est pionnière en la matière. Leur centre de recherche est adossé à un centre social de première ligne et des échanges constants entre praticiens et chercheurs permettent de construire des savoirs augmentés par la rencontre et le travail commun des académiques et des travailleurs de terrain, sans hiérarchisation entre ceux-ci. Il est financé structurellement et les académiques qui participent à cette démarche ont également mis l’accent sur le statut de praticien-chercheur valorisé dans les parcours universitaires, de façon à faire ces ponts entre recherches et terrain. »

Quelle spécificité ?

Car c’est là toute la spécificité que souhaite atteindre le CREBIS, soit donner autant de poids ou de valeurs aux savoirs des travailleurs de terrain et des bénéficiaires qu’à ceux des chercheurs. Le but est de faire travailler ensemble ces différents publics pour démocratiser les espaces de recherche. Est-ce à dire qu’ils ne se rencontraient pas déjà ? Pour Marjorie Lelubre, « Certes la recherche collaborative ou encore la recherche-action existaient déjà et utilisaient des méthodes qualitatives associant des professionnels et des usagers, mais il s’agit ici d’aller un pas plus loin en se basant sur une co-construction des savoirs et pas seulement une prise en compte des points de vue des uns et des autres. Il s’agit d’une participation conjointe aux activités de recherche, à la collecte de données et d’une propriété intellectuelle de ces données conjointe, avec une appropriation et une diffusion partagées des résultats. » 

Caractéristique du projet bruxellois : le fait qu’il s’adosse, non pas sur un centre de première ligne comme le CREMIS de Montréal, mais sur deux associations bien implantées dans le secteur social-santé, de seconde ligne, faisant l’interface entre les différents secteurs sociaux et permettant une mise en commun. Il s’agit du Forum-Bruxelles contre les inégalités et du Conseil bruxellois de coordination sociopolitique (CBCS). Deux chercheurs, Martin Wagener du CIRTES (Centre de Recherche Travail, Etat et Société-UCLouvain) et Jacques Moriau du METICES (Migrations, Espaces, Travail, Institutions, Citoyenneté, Epistémologie, Santé – ULB), sont parties prenantes dans l’élaboration des méthodologies et la détermination des axes prioritaires de travail, en tant que responsables scientifiques de la structure.

Les activités à venir

Concernant les axes de travail à venir, durant cet été, une enquête a été lancée auprès des acteurs afin de mieux identifier les préoccupations des acteurs de terrain : les questions portaient d’une part sur l’image de la recherche auprès de ce public, l’impact de celle-ci sur le terrain et la manière dont on pourrait améliorer les contacts entre ces deux mondes, et d’autre part sur les préoccupations qu’ils souhaiteraient voir transformées en sujets de recherche.

A cet égard, Sébastien Lo Sardo souligne que « le logement est revenu dans de nombreux questionnaires, ce qui nous a surpris vu le nombre assez conséquent d’études sur le sujet, mais sans doute l’aspect transversal manque-t-il ainsi que des solutions efficaces. Autre sujet : celui du non-recours aux droits en social-santé. La question des discriminations sur une base ethnique est souvent revenue, ainsi que la place et la posture du travailleur social, tant à l’égard de son bien-être au travail que concernant le rôle politique qu’il peut être amené à jouer. »

A défaut du colloque qui devait se tenir début septembre, qui avait déjà réuni plus de 150 inscriptions et a finalement été reporté en 2021, des ateliers seront organisés en présentiel cet automne de façon à débattre de visu en petits groupes à propos des grands thèmes qui ont émergé durant l’enquête. Les informations pratiques seront diffusées sur les sites du Forum-Bruxelles contre les inégalités2 et du CBCS3 .
Autre défi de taille pour les prochains mois : la question de la viabilité financière pour pouvoir expérimenter cette nouvelle philosophie de travail.

Nathalie Cobbaut


1. www.cremis.ca
2.www.le-forum.org
3. www.cbcs.be

Partager
Effacer les filtres